Biographie

Devenue tétraplégique à l’âge où tout commence, Angie s’est reconstruite en assumant sa passion pour la chanson, dont elle a fait son métier grâce au musicien avec lequel elle partage sa vie.

« J’aime le chant depuis toute petite ! » Angie a la chanson dans le sang, et même si elle a trop longtemps hésité, qu’elle ne s’est pas donné toutes les chances, elle vit désormais sa passion. Malgré une tétraplégie « attrapée » au détour d’un accident de voiture il y a 21 ans. « J’ai rencontré, bien après, l’homme qui est devenu mon mari, Erik, un musicien, un batteur qui m’a poussée, soutenue, j’avais un peu la trouille. » Voilà déjà 15 ans qu’Angie conduit sa carrière avec celui qu’elle aime : « Je me montre moi avec mon fauteuil. J’aime beaucoup le public, le partage, l’émotion, l’énergie, la complicité avec mon mari. » Et aussi d’autres musiciens avec lesquels ils forment en plus de leur duo piano voix le groupe Angie&Co

Leur répertoire, des standards français et anglo-saxons soul, rock, blues, mais aussi leurs propres compositions, tel le clip La revoir encore. « J’adore les chanteuses à voix, avec du caractère, Janis Joplin, Aretha Franklin. » La voix d’Angie est dans ce registre, rugueuse mais aussi souple, douce, mélodieuse, sans complaire aux torsions vocales imposées par certaines émissions télévisées, ce qui lui permet de se risquer à affronter des légendes : elle chante Brel (« Quand on a que l’amour »), Renaud (« Mistral gagnant »), Cabrel (« La corrida »), en apportant ce qu’elle est, son interprétation.
Ils jouent pour des événements, des fêtes privées, des festivals. Cet été ils seront en première partie d’Amir le 4 juillet aux Nuits de Berre-l’Etang (Bouches-du-Rhône) devant plusieurs milliers de spectateurs .Début août, le couple participera au premier festival Le Salagou en chanson, à quelques kilomètres de leur maison de Clermont-l’Hérault.

Angie a dépassé le handicap, même s’il pèse au quotidien : « Nos relations humaines sont positives, par le biais de la musique. On me voit autrement. En montant sur scène, je veux dépoussiérer le handicap, montrer une autre image. Mon message c’est l’espoir, peu importe le handicap, tout est possible. » Avec son mari, elle élabore un projet de tournée, « Angie and the rolling show« , pour lequel ils cherchent les moyens techniques et financiers qui leur manquent encore, en lançant un appel aux bonnes volontés, aux partenariats. Parmi ses souvenirs enchantés, un concert dans la cour du château de Chambord lors d’une fête de la musique. Cette année, c’est à Limoges qu’elle va la fêter. « Je suis autant touchée par 50 personnes dans un petit café l’hiver que par une grande scène. La complicité avec Erik est très forte, c’est notre histoire à nous qu’on chante, notre histoire d’amour et de musique ! »

Article de Laurent Lejard, juin 2019 pour le magazine francophone du handicap www.yanous.com